Maman parfaite d’instagram ou le culte de la perfection

Maman parfaite d’instagram ou le culte de la perfection

La Maman parfaite d’instagram

Je n’ai jamais été l’une de ces personnes qui utilise les réseaux sociaux pour dévoiler sa vie, son visage, ses enfants, son intimité…

A l’origine, j’ai d’abord crée un compte sur Facebook puis sur Instagram à des fins professionnelles.

Mais vous pouvez très vite tomber dans les travers des réseaux sociaux. C’est pourquoi, j’ai décidé de profiter de la période estivale pour faire l’expérience de suspendre mes comptes. Le but étant de savoir si ils sont si incontournables que cela …Maman parfaite d'instagram

Dans un premier temps, j’avais jugé utile et nécessaire de promouvoir mon travail à travers les réseaux sociaux. Quoi de plus simple et de plus rapide pour faire découvrir mon entreprise et mon studio au potentiel futures clientes.

Je dois bien reconnaitre que cela a été très bénéfique et intéressant pour moi dans un premier temps. J’ai enfin pu ouvrir les portes de mon travail au delà de mon studio.

Toutefois, les règles ont totalement changé depuis quelques temps et les réseaux sociaux se sont transformés en un véritable fardeaux terriblement chronophage. Tout ce que je déteste et que je n’approuve pas. C’est beaucoup trop de temps perdu et de moins en moins efficace. Même si les réseaux sont aussi d’excellentes sources d’inspiration, il y’a trop d’informations. Du coup, nous sommes littéralement noyés et pris par le temps.

Mais ces derniers mois, je me sens à l’étroit et obligé de dévoiler plus et encore plus… Mais je m’y refuse et aujourd’hui, je fais le choix de mettre en pause mes comptes pour prendre du recul, respirer et ne plus me sentir forcer et obliger.

Je veux voir si mon activité peut continuer à perdurer sans ces contraintes et retrouver ma liberté et mon temps trop consacré à ce monde totalement faux et virtuel.

Trop accablant et culpabilisant pour les mamans

Alors, oui nous sommes tous coupables et je ne blâme personne si ce n’est moi la première. Mais sérieusement toutes cette fausseté, ce manque de véracité et d’authenticité commence à m’étouffer. Je trouve que cela est d’autant plus difficile pour nous les femmes qui sommes constamment obligées de nous montrer plus que parfaites. Pour moi, les réseaux accablent souvent les femmes et les mères en général.Maman parfaite d'instagram

Effectivement, qui n’a jamais partagé stratégiquement un selfie, vous savez un de ceux qui montre combien il a été amusant et ludique de faire cuire des muffins avec ses petits anges. Vous savez cette fameuse photo qui ne montre pas l’envers du décor et le désordre que vos petits chérubins ont fait avec les oeufs et la farine …?

Tromperie et vision  idyllique

Ou encore cette autre photo montrant votre famille lors d’une promenade tranquille en forêt qui masque la colère de 259 minutes de votre fils en bas âge parce qu’il se refusait de mettre son gilet avant de partir…

Les médias sociaux regorgent de ces visions idylliques de la mère et de la paternité parfaite.

Le dilemme c’est que cela contribue à nous faire passer pour des parents désorganisés et lamentables. Cela même qui nous oblige à ressentir ce sentiment d’échec.

Je pense que c’est injuste et que cela minimise notre rôle de parents à temps plein.

Comme si être maman était simple, facile, allant de soi comme par magie.

Dans ce contexte déroutant, plus personne ne sait vraiment comment la vraie parentalité fonctionne. Du coup, il devient facile d’ouvrir son Instagram sans avoir à se comparer aux autres pour voir si nous faisons les choses comme il le faudrait. Au final, nous nous sentons complexés et accablés par notre vie.

Les parents ont se sentiment de culpabilité or la parentalité n’est pas chose aisée. Être parent, c’est viscéral mais c’est surtout être imprécis.Maman parfaite d'instagram

J’ai personnellement tellement de respect pour tout le travail et l’amour que les mamans distribuent au quotidien. Aujourd’hui, je ne peux que vous déculpabiliser en vous rappelant que nous sommes toutes différentes et imparfaites. Oui parfois la maison est désordonnée, on a des coups de mous et de fatigue et  alors??? Finalement ce n’est pas si grave parce que je vais vous confier un secret: c’est juste normal et le quotidien de chaque maman qui se respecte. C’est juste la vrai vie les filles!!!

Comment défaire le vrai du faux

Vous savez quoi? En tant que photographe, je sais mieux que quiconque à quel point les photos peuvent être trompeuses. Tous ces joyeux sourires sur les photos de nouveau-né où tout le monde a l’air frais et totalement détendu dans un cadre magnifique et parfait.

Mais ce que cette photo ne vous montre pas, c’est que c’est probablement la première et la dernière fois que maman sera maquillée et aussi pimpante pendant au moins les 3 prochains mois à venir. Car la suite à la maison avec bébé nous la connaissons toutes…

En revanche, cette photo parfaite ne montrera jamais que les parents ont dû dormir moins de trois heures. Ou encore que quelques instants avant le shooting, bébé avait  régurgité sur la nouvelle chemise blanche de papa.

Je peux aisément comprendre que partager ses moments de vie heureux et pourtant si trompeurs renforce. Oui, c’est agréable d’avoir d’autres personnes qui vous regardent et qui pensent « Whaou! Non mais regardes comment ils font cela bien: ils sont juste parfait ».

Mais ce n’est pas réel. Cela ne fait qu’alimenter la pression écrasante et l’image que les parents, en particulier les mamans, doivent être parfaits.

Une pression infligée et totalement inutile

Une étude sociologique a récemment permis de constater que 9 mères sur 10 ressentent une pression. Elles se sentent dans l’obligation d’être parfaites en tout point. Nombreuses d’entre elles ont révélé que les représentations de la grossesse sur papier glacé, sur les médias sociaux et dans les magazines en sont responsables la plupart du temps.Maman parfaite d'instagram

Les médias au sens large doivent changer. Mais en attendant nous pouvons nous entraider. Nous pouvons faire évoluer les choses en commençant par apprécier le fait d’être toutes imparfaites.

Des blogueuses telles que Olivia Siegl avec « The Baby Bible » et Constance Hall avec « Like a Queen » ouvrent la voie grâce à leurs récits souvent bruts mais totalement honnêtes de la maternité, qui nous laissent enfin toutes penser: « Merci Dieu, je ne suis pas la seule! ».

Alors, apprécions le fait qu’aucune de nous ne soit parfaite. Appréciez, et partagez cette philosophie de vie car apprenez que vous n’êtes jamais seule dans ce cas.

Pour ma part, je souhaite que cette pause estivale sera au final une décision définitive pour moi.

Le droit de ne pas être et de faire comme tout le monde est tellement légitime et salvateur. L’avenir me le dira.

Pour conclure les filles, je n’ai qu’une chose à vous dire: ne vous sentez pas seules car moi aussi, je suis tout simplement et fièrement imparfaites…

Si vous souhaitez plus d’informations c’est par ici.

A très vite sur le blog

Mademoiselle la Fée

Commentaire

Votre email ne sera jamais communiqué Champs obligatoire *

  • Crélana - Non mais c’est sûr mais après il faut savoir faire la part des choses pour ne pas avoir à culpabiliser ReplyCancel

  • Florence Puccini - Moi aussi comme vous j’ai tout stopper surtout depuis bebe j’avais l’impression de ne faire que ça. Comme si c’etait ma Seule sortie et échappatoire vers l’extérieur mais au lieu de me rassurer je me sentais encore plus coupable sur ma maniere de faire. Aujourd’hui ma puce à 2 ans et je n’éprouve plus le besoin de reprendre ce carcan tellement idéaliste et injuste. Je vous en souhaite tout autant.ReplyCancel

  • Leila - Si seulement c’etait seulement les Réseaux mais en fait c’est partout tout le temps à la télé dans là rue au travail. Cette image faussée de la vie de maman c’est terrifiant quand on y repense.ReplyCancel

  • Lindsay - C’est trop ça comme si on naissait avec le mode d’emploi et l’instinct maternelle à la main. ReplyCancel

"Merci d'avoir partagé votre belle histoire avec nous".

DECOUVREZ AUSSI…

Menu